content top

La mutualité en chiffres

cotisations santé perçues, mutuelles reversent prestations à leurs adhérents - financer action sociale
 
prévoyance, assurance dépendance
 
réseau sanitaire et social, accompagnement tout au long de la vie, prévention santé
 
remboursement des frais de santé, professionnel de santé
 
cotisations santé perçues, mutuelles reversent prestations à leurs adhérents - financer action sociale
 

une mutuelle qu'est-ce que c'est

 

10 actions des Mutuelles

pour développer la qualité de la prise en charge


Politique de la mutualité française

en faveur des soins de premier recours


– Comment rendre l’accès aux soins plus facile ?
– Comment réduire le coût des soins restant à la charge des patients ?
– Comment mieux accompagner les patients (notamment les malades chroniques)
et développer les parcours de santé ?

Aux côtés des professionnels de santé, la Mutualité Française met en œuvre GASPAR (Garantir l’Accès aux Soins de Premier Recours), un programme favorisant le développement rapide de mode d’exercice collectifs, qui prennent mieux en compte les besoins de prise en charge globale des patients et la réalité des conditions d’exercice des professionnels de santé.
 
Cette nouvelle organisation, partant des soins de premier recours, doit favoriser la prévention, l’écoute, le soin, l’accompagnement, la continuité des prises en charge.
 
Les tarifs opposables doivent y être la règle pour permettre la plus grande accessibilité aux soins.
Les départements doivent rester maîtrisés et exceptionnels.
 
À travers le programme GASPAR pour les soins de premier recours, les mutuelles de la Mutualité Française agissent avec tous leurs partenaires (patients, professionnels de santé, acteurs de la protection sociale…) qui veulent imaginer l’évolution du système de santé.
 
La mise en œuvre de ce programme s’échelonne de 2013 à 2015.


Facilité l’accès aux soins et réduire les restes à charge



médecin traitant

Mettre en place le tiers payant sur la part de remboursement Sécurité sociale et mutuelle avec le médecin traitant.
Chez le médecin traitant
Pour favoriser l’accès aux soins, les mutuelles de la Mutualité Française veulent renforcer le rôle du médecin traitant afin de lui donner les moyens d’assurer pleinement son rôle pivot dans le parcours de soins. Les mutuelles souhaitent dispenser totalement le patient de l’avance de frais chez le médecin traitant, pour enrayer les situations de report de soins pour raison économique.

Centres et maisons de santé

Conventionner avec les centres de santé, les maisons de santé et les pôles de santé sur la qualité de la prise en charge des adhérents des mutuelles.

Dans les centres et maisons de santé
Les centres de santé, maisons de santé et pôles de santé offrent de nouvelles perspectives en termes d’organisation de soins, notamment à travers la coopération et la coordination de la prise en charge des patients. Les centres de santé participent en outre à la maîtrise des restes à charge pour les patients en pratiquant le tiers payant.
Les mutuelles encouragent tout particulièrement ce type de prise en charge pour leurs adhérents.

centres dentaires mutualistes

Conventionner avec les centres dentaires mutualistes pour garantir une prise en charge de qualité, le tiers payant et des tarifs maîtrisés.

Dans les centres dentaires mutualistes
Le désengagement progressif de l’Assurance maladie obligatoire (qui ne rembourse plus que 33% des dépenses dentaires et seulement 18% des soins prothétiques) a entraîné une augmentation du reste à charge des ménages avec pour corollaire une difficulté d’accès aux soins dentaires.
Les mutuelles souhaitent allier maîtrise du reste à charge et qualité des soins dentaires.

pharmacies

Conventionner avec des pharmaciens sur de nouveaux services et prestations pour améliorer la prise en charge de l’adhérent. Par exemple la détection de la BPCO (Broncho-Pneunopathie Chronique Obstructive).

Dans les pharmacies
Les pharmaciens sont des professionnels de santé de proximité qui concourent à l’offre de soins de premier recours, participent à l’éducation thérapeutique et aux actions d’accompagnement des patients. Les mutuelles veulent s’appuyer sur les compétences des pharmaciens pour innover et expérimenter de nouvelles missions confiées aux pharmaciens.


Aider l’adhérent à devenir acteur de sa santé



éducation thérapeutique

Promouvoir l’éducation thérapeutique auprès des adhérents des mutuelles et des professionnels de santé, et s’impliquer dans l’évaluation des actions d’ETP.

Par l’éducation thérapeutique
Avec plus de 1800 programmes d’éducation thérapeutique du patient validés par les Agences Régionales de Santé en 2011, une dynamique se met en place. Néanmoins, ce développement a principalement lieu à l’hôpital et concerne peu la médecine de ville. Les mutuelles ont un rôle à jouer en encourageant des nouvelles relations entre les adhérents et les professionnels de santé, notamment par l’information sur l’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP).

Actions de prévention dans les lieux de soins

Organiser des actions de prévention auprès des patients dans les centres, maisons et pôles de santé, ainsi que dans les pharmacies mutualistes.

Par les actions de prévention dans les lieux de soins
Les structures d’exercice regroupé (centres de santé, maisons de santé et pôles de santé) permettent de toucher tout type de population et particulièrement des populations fragilisées qui ont difficilement accès aux messages et aux actions de prévention. Fortes de leur expérience, les mutuelles souhaitent y développer la prévention en partenariat avec les professionnels de santé.


Favoriser une prise en charge globale

et coordonnée des soins



coordination des soins

Encourager les initiatives mutualistes innovantes des équipes de soins de premier recours qui favorisent la coordination entre les acteurs du sanitaire et du médico-sociale, grâce au fond de développement des SSAM.

Encourager la coordination des soins
L’équipe de soins des premier recours a un rôle essentiel à jouer dans cette coordination des acteurs autour du patient. Les mutuelles agissent au travers de leur services de soins et d’accompagnement mutualistes (SSAM), pour faciliter le parcours de soins des patients, notamment avec les possibilités offertes par la télémédecine.

centres de santé économiquement équilibrés et pérennes

Promouvoir les centres de santé et un modèle économique pérenne.

centres de santé économiquement équilibrés et pérennes

Accompagner la création de centres de santé mutualistes.

Créer des centres de santé économiquement équilibrés et pérennes
Les centres de santés sont une réponse d’avenir pour l’organisation des soins de premier recours notamment grâce à la coordination des soins.
Ils proposent des tarifs de secteur 1, pratiquent le tiers-payant et sont attractifs pour les professionnels de santé souhaitant exercer sous forme salariée.
Les centres de santé doivent être développés sous condition d’un modèle économique équilibré et pérenne. Les mutuelles souhaitent donner un nouveau souffle au centre de santé.

étendre accès aux maisons de santé

Soutenir la création et le fonctionnement de maisons et pôles de santé.

Étendre l’accès aux maisons de santé
les maisons et les pôles de santé ont des objectifs et des sanitaires ambitieux en termes de prise en charge complète et coordonnée. Ils peuvent notamment permettre le maintien d’une offre de santé sur les territoires « fragiles » en termes de démographie médicale. Les mutuelles souhaitent s’impliquer dans cette dynamique plébiscitée par les professionnels de santé, les patients et les pouvoirs publics.




Les services de soins

et d’accompagnement mutualistes


Une présence forte sur l’ensemble du territoire


+ de 2500

établissements et services

de soins et d’accompagnement mutualistes




infirmiere

Ces services, organisés en réseaux, constituent une offre de proximité et de qualité accessible à tous.

Les tarifs pratiqués dans ces services garantissent un reste à charge a minima, voire nul, pour les adhérents.


Les activités sanitaires et ambulatoires *:

715 magasins d’optique
453 centres dentaires
355 centres d’audition
111 établissements d’hospitalisation
60 pharmacies
52 centres médicaux et polyvalents
30 centres infirmiers
20 laboratoires de prothèses dentaires


Les activités sociales et médico-sociales *:

Établissements et services :
405 pour personnes âgées
203 pour la petite enfance
178 pour personnes en situation de handicap
13 initiatives sociales (logements pour jeunes, insertion…)


* Source : FNMF




Les mutuelles et l'union Européenne : La mutualité française apporte son expertise aux cabinets et directions placés auprès des commissaires européen ; membre du comité économique et social européen ; formule des propositions aux autorité ; en contact régulier avec les députés européens. Direction des affaires publiques